GTC /GTB

Réaliser une gestion qui vous correspond

Sous l’impulsion du smart building, les bâtiments deviennent de plus en plus intelligents, nécessitant des installations techniques de pointe. Plus que jamais, les GTB et GTC deviennent des facilitateurs incontournables !

Réduire les consommations d’un bâtiment repose sur la bonne gestion de ses équipements. La manière dont un bâtiment est exploité a des conséquences directes sur les dépenses énergétiques et le confort des occupants.

La GTB/GTC, aussi appelée immotique permet de gérer les bâtiments. C’est-à-dire la gestion du confort : l’électricité, le chauffage, la climatisation ou encore la ventilation.

Elle contrôle à distance l’activité d’un site et supervise l’ensemble des équipements installés. Afin de relier le système et l’utilisateur, l’interface homme-machine est assurée par un logiciel de supervision. Il assure la gestion et le suivi à distance des installations via les automates placés au sein des bâtiments et une connexion internet.

En offrant la possibilité de contrôler différentes fonctions techniques, une GTB nouvelle génération propose de réelles possibilités d’optimisation pour un bâtiment. En effet, ce système renforce :

  • Les économies d’énergies
  • La réduction des coûts d’exploitation
  • La diminution des coûts de maintenance
  • Un suivi du bâtiment grâce à la gestion des installations techniques
  • L’amélioration du confort et du bien-être des occupants

 

Notre systeme repond à tous les standards du marché :

 


Air Quality

Surveiller la qualité de l’air intérieur des établissements

Depuis le décret 2011-1728 du 2 décembre 2011, les propriétaires et exploitants d’Établissements Recevant du Public (ERP) doivent surveiller la qualité de l’air intérieur de leur établissement.

En effet, dans les espaces intérieurs, les personnes sont exposées à de multiples polluants émis par leurs activités, le bâtiment lui-même, ses équipements, sa décoration, etc…

C’est, parti de ce constat, et suite à la crise sanitaire COVID-19, que le Haut Conseil de la Santé Public (HCSP) a émis la recommandation d’effectuer une aération des espaces clos des ERP en présence de personnes et d’ouvrir les fenêtres au moins 5 minutes toutes les heures.

Régulièrement sollicitée sur le sujet, le domotique propose une solution simple et clé en main pour répondre au besoin de surveillance de la qualité de l’air dans un ERP dans le pur respect du cadre légal.

En pratique, la solution Air Quality réunit :

  • Le choix parmi 3 types de capteurs de dioxyde de carbone (CO2) en adéquation avec les recommandations de l’état,
  • Le choix parmi 3 types de capteurs de composés organiques volatils (COV) en adéquation avec les recommandations de l’état,
  • Une alarme visuelle sur chaque capteur pour savoir d’un seul coup d’œil si le seuil recommandé est dépassé,
  • Un tableau de bord accessible 24h/24 n’importe où dans le monde,
  • Un système d’alerte par email lorsqu’un détecteur dépasse le seuil indiqué par le HCSP,
  • Un système de monitoring qui vous alerte en cas de batterie faible ou d’absence de communication d’un capteur.



En savoir plus

domotique vendée Air Quality

maintenance préventive

Quel est l’intérêt de la maintenance préventive d’un bâtiment ?

domotique vendée maintenance préventive

La maintenance préventive d’un bâtiment permet à un professionnel d’obtenir toutes les informations utiles pour intervenir lorsque cela s'avère nécessaire.

En effet, plutôt que d’intervenir aléatoirement dans chaque bâtiment, le professionnel pourra se déplacer au bon endroit et au bon moment, afin de conserver le confort de ses occupants, d’assurer la sécurité de tous et de réaliser des économies d’énergie.

Les différentes anomalies pouvant être constatées sont :

  • Une consommation électrique inhabituelle d’un dispositif électrique.
  • Une température mesurée anormale du départ d’eau.
  • Une température mesurée anomale d’une pièce.
  • Une humidité mesurée anormale d’une pièce.
  • Une détection d’une fuite d’eau.
  • L’état des filtres et cassettes de ventilation.
  • L’état d’un chauffe-eau/chaudière.
  • Et bien plus.

Ces informations peuvent être récupérées en temps réel et à distance, depuis une interface web et mobile, grâce à des entrées contacts secs, analogiques 0-10V, des sondes de température et d’humidité, des pinces ampèremétriques, des compteurs d’eau, des capteurs de fuite d’eau et tout dispositif adapté dans ce contexte.



En savoir plus


Décret tertiaire

Objectifs et calendrier

Qui est concerné par le décret tertiaire ?

Le décret s’applique à l’ensemble des bâtiments à usage tertiaire dont la surface dépasse 1000 m². A noter que les industriels sont également concernés dès lors que la surface cumulée des bâtiments (ou partie de bâtiment) à usage tertiaire présents sur site (bureaux, restauration, …) dépasse cette valeur. La superficie cumule les plusieurs étages et plusieurs bâtiments éventuels. Le décret s’adresse aux propriétaires comme aux occupants. Sont exemptés les bâtiments provisoires, de défense, de sécurité civile ou intérieure du territoire, et les lieux de culte.

Quels sont les objectifs imposés par le décret tertiaire ?

Les objectifs de consommation énergétique sont fixés par décennie. Il est prévu une réduction de 40% en 2030, 50% en 2040 et 60% en 2050. Cette réduction se fait par rapport à une année de référence, ne pouvant être antérieure à 2010.

Une deuxième possibilité de réponse au Décret Tertiaire est proposée aux assujettis : atteindre un seuil de consommation d’énergie finale déterminé en valeur absolue.

L’arrêté modificatif « valeurs absolues I » paru le 17/01/2021 qualifie les valeurs absolues de consommation d’énergie à atteindre pour certains secteurs d’activité (Enseignement, bureaux de services publics et logistique) pour 2030. D’autres arrêtés seront publiés d’ici fin 2021/Début 2022 afin de préciser, selon chaque catégorie d’activité, le seuil de consommation d’énergie finale à atteindre.



En savoir plus

domotique vendée Décret tertiaire

Le décret BACS

Qu’est-ce que le décret BACS ?

domotique vendée Le décret BACS

Le décret BACS (Building Automation & Control Systems) a été publié le 21 Juillet 2020 au Journal Officiel. Il oblige certains bâtiments à s’équiper de systèmes d’automatisation et de contrôle afin d’atteindre les objectifs de performance énergétique fixés par le décret tertiaire. Ces systèmes peuvent varier mais ont le même objectif : gérer de manière automatique les consommations d’énergies des bâtiments. On parle aussi de GTB  (Gestion Technique de Bâtiment), qui permettent de réaliser des économies d’énergies jusqu’à 30% pour certains bâtiments.

Ce décret s’inscrit donc dans la démarche de rénovation des bâtiments existants afin d’atteindre les objectifs de réduction de gaz à effet de serre d’ici 2050. Pour en savoir plus sur le décret tertiaire, cliquez ici.

 

Qui est concerné par le décret BACS ?

Tout bâtiment équipé d’un système de climatisation ou de chauffage d’une puissance nominale supérieure à 290 kW, associé ou non à un système de ventilation, est concerné par le décret BACS. Le propriétaire de l’installation considérée devra ainsi mettre en place un système d’automatisation et de contrôle d’ici le 1er Janvier 2025.

Quels sont les objectifs du décret BACS ? Comment fonctionne-t-il ?

Le décret BACS vise les principaux équipements énergivores comme le chauffage ou la climatisation. Les systèmes d’automatisation et de contrôle auront pour objectifs de :

  • Enregistrer, analyser et ajuster la consommation énergétique du bâtiment selon les besoins
  • Situer l’efficacité énergétique du bâtiment par rapport à des valeurs de référence, et ainsi détecter des pertes d’efficacité. Automatiquement, la personne en charge de ces installations en sera informée.
  • Communiquer avec d’autres systèmes ou appareils connectés dans le bâtiment (chaufferie, centrale de traitement d’air, unité de production de froid…). Un arrêt manuel et de gestion autonome est également possible.

Ces systèmes représentent ainsi un levier intéressant pour atteindre les objectifs d’amélioration de performance énergétique et également permettre au propriétaire de réaliser des économies d’énergies conséquentes (jusque 30% pour les bâtiments des années 70).

L’objectif du décret est ainsi de pérenniser ces systèmes afin d’atteindre les objectifs du décret tertiaire. Les propriétaires exemptés de l’installation de ces systèmes sont ceux dont le retour sur investissement n’est réalisable sur six ans, en déduisant les aides financières publiques, avec preuve à l’appui. Les différentes fonctions d’un système de gestion technique du bâtiment.



En savoir plus